Page d'accueil | Plan du site | Conditions d'utililisation   

Marée de Paradis

Le groupe Le répertoire Discographie MP3 Paroles Tablatures La technique Contact liens

Les petits graviers

Chant de marin de Normandie

Répertoire du groupe Marée de Paradis.

A l'origne un texte de Théodore Botrel, cette chanson a suivit un curieux chemin, du cabaret parisien aux tavernes de la baie du Mont Saint-Michel, jusqu'en Vendée. Les graviers étaient des jeunes gens originaires surtout des campagnes du cotentin et du nord de la Bretagne, embarqués vers Terre-Neuve puis Saint-Pierre et Miquelon. Leur travail ne commençait qu'une fois arrivés. Mais quel travail ! Dix-huit heures par jour à trancher la morue sur les plages de galets (les graves), peu payés, maltraités, sous la férule de contremaîtres féroces. L. Lettelier ("Pêcheurs de Terre-Neuve") qui visita les graves en 1876, les décrit ainsi : "...une impression de chenil, ou plus précisément de porcherie mal tenue, voilà ce que j'ai rapporté de ma petite excursion à travers ces taudis".

Discographie :
Marée de Paradis, CD 3, "Quai de l'Isle".

Ecouter en MP3
Imprimer les paroles

Paroles :

Partis en hiver vers les mers lointaines
Pauvres petits graviers quand reviendrez-vous
Quand il n'y aura plus de blé dans les plaines
Nous n'reverrons plus les étés si doux.

Sortis des bateaux le cœur tout malade
Pauvres petits graviers où débarquez-vous
Entre le Cap Rouge et l'Ile d'Anglade
C'est à l'île aux Chiens qu'est notre rendez-vous

A quinze ans à peine aux bancs de Terre-Neuve
Comme l'ont fait nos pères et d'autres avant nous
Faut pas se plaindre une fois à pied d'œuvre
Et plus tard nos gars feront comme nous.


Pendant les neuf mois que durent les grand-pêches
Pauvres petits graviers là qu'y faites vous
Nous fendons en deux les grosses morues fraîches
Nous les ébreuillons, leur coupons le cou

Un travail si dur doit vite vous abattre
Pauvres petits graviers quand reposez-vous
Nous sommes bien debout vingt heures sur vingt quatre
Pour nous réveiller on nous fout des coups

Mais pour éviter d'être abattus
Pauvres petits graviers dites que mangez-vous
On nous fait bouillir des têtes de morues
Mais ça n'remplace pas la soupe de chez nous

Personne ne vous aime ni ne vous écoute
Pauvres petits graviers comment vivez-vous
Nous buvons d'un coup des boujarons d'goutte
Et on s'crois heureux lorsque l'on est saoul

Quand vous retournez à votre maison
Pauvres petits graviers qu'y rapportez-vous
Monsieur l'armateur nous paye à raison
Nos journées pas plus de sept à huit sous

Après tant et tant d'horribles misères
Pauvres petits graviers rembarquerez-vous
Eh oui nous faisons comme l'ont fait nos pères
Et plus tard nos gars feront comme nous